>

Bridge to Engineering… Mr. Scott? An interview with Charles Root - Star Trek New Voyages / Phase II Fan Films - French

Aller au contenu

Menu principal :

Bridge to Engineering… Mr. Scott? An interview with Charles Root

Nouvelles

Envoi d'origine par Jaime "Fez" Sanchez | 15 novembre 2013 


Aujourd'hui, j'ai l'honneur de recevoir Charles Root:

 

1.Que faites-vous dans la vie, si vous pouvez en parler ?

 

Je suis directeur de la technologie pour une société de propriété intellectuelle appelée IPCG, à Williston dans le Vermont. Nous consultons pour de grandes entreprises sur des brevets, secrets industriels, ce genre de choses. J'y suis depuis plus de 11 ans.

 

 

2. Quel est votre lien avec Star Trek? Comment cela a-t-il influencé votre vie ?

 

Cela paraîtra sûrement comme un sacrilège pour de nombreux Trekkers qui considèrent Star Trek presque comme une religion, mais pour moi, mon seul rapport à Star Trek est que c'est de la bonne science fiction. Je n'ai jamais adhéré à l'aspect humanisme à la Roddenberry où "le futur sera un monde meilleur". J'ai aimé Star Trek pour l'Enterprise et la puissance de ses armes détruisant les vaisseaux Romuliens, pour Kirk cognant les affreux et pour Spock si intelligent. 


Je dirais quand même que Star Trek a profondément influencé ma vie, car si je n'avais pas aimé la sérié télé, je n'aurai probablement pas découvert d'autres volets de science fiction et de fantastique, or cela m'a ouvert aux ordinateurs dans les années 80 et c'est comme ça que je gagne ma vie maintenant. Et bien sûr, je ne ferai pas partie de Phase 2 si Star Trek n'avait pas fait partie de ma vie. 



3. Comment avez-vous découvert Star Trek: New Voyages/Phase 2 ?

 

Trouvé par hasard sur internet, un jour où je cherchais des infos sur Star Trek: TNG, je ne savais même pas que c'était filmé à une heure de chez moi. J'ai commencé à suivre sur le net puis j'ai vu une info locale parlant du projet qui se trouvait à Ticonderoga. J'ai envoyé un e-mail à la production, il est apparu que j'avais déjà rencontré James Cawley une décennie plus tôt. 


4. “In Harm’s Way” a été votre première incarnation de Scotty, est-ce dur d'être ce personnage et pensez-vous vous être amélioré à chaque épisode ? 


Scotty a toujours été un de mes personnages favoris, comme je l'ai dit, Star Trek, pour moi, c'est l'enterprise 1701 , donc je me suis rapproché de Scotty car il "possède" l'Enterprise, quoi qu'en pensent Kirk ou Starfleet ! 

 

Jouer le rôle de Scotty élévé au statut d'icône par l'accent "écossais" de James Doohan a été pour le moins un challenge. Vous ne voulez pas imiter dohhan, mais si vous déviez trop de son interprétation originale, vous n'avez plus le personnage de Scotty, vous avez juste un ingénieur venant d'Ecosse. 

 

Donc, bien sûr, il y a le problème de l'accent, et tout le monde sur la planète semble se croire maître linguiste et vous donne des conseils pour sonner plus écossais, ça finit par lasser. 

 

 

5. Quel est votre meilleur souvenir sur le plateau ou juste avec l'équipe ? 


Il y a eu de nombreuses fois où j'ai ri aux larmes  avec mes amis sur le plateau, c'est toujours agréable et mémorable. Il y a les moments passés avec des anciens de Star Trek, comme George Takei, qui sont surréalistes, mais il y en a un en particulier qui me vient à l'esprit. 

 

Le décor de la passerelle sur 360 degrés était en préparation pour un tournage, il était nettoyé, fraichement peint, toutes les lumières internes étaient allumées mais il n'y avait pas encore d'éclairage. Les consoles étaient allumées et clignotaient, la barre luisait doucement. Au dessus, le diffuseur d'éclairage recouvrait presque tout le décor. J'étais la seule personne présente. S'il y a bien un moment dans tous mes tournages pour Phase 2 où j'ai été transporté au 23è siècle, c'était celui là. J'ai vraiment eu l'impression d'être sur la passerelle d'un vaisseau spatial opérationnel. 


6. avec vos propres bots, comment décririez-vous l'atmosphère sur le plateau et la réalisation d'un rêve que beaucoup font mais rares ceux qui peuvent dire l'avoir réalisé ?

 

Franchement, c'est intense. On tourne pratiquement sans argent, dans un espace réduit et un peu délabré où il fait très chaud ou très froid, il y a toujours un nouveau décor à faire ou un problème technique à résoudre, les journées sont longues, et si vous ne jouez pas, ça peut être très ennuyeux de rester silencieux sans bouger pendant que la caméra tourne, MAIS c'est le résultat qui fait que tout ça en vaut la peine. Quand vous regardez un épisode comme “World Enough and Time” ou “Kitumba” vous avez vraiment la satisfaction de voir le sacrifice devenu divertissement. 

 

Pour ce qui est de vivre le rêve, j'ai vraiment beaucoup, beaucoup de chance. Je suis conscient de vivre ce que d'autres peuvent seulement imaginer. 

 


7. Est-ce vraiment une "famille" comme certains l'on décrit ? On vous a déjà fait des farces ? 

 

Il y a une dynamique très intéressante sur le plateau. En nous agrandissant, nous amenons des gens qui peuvent n'être là que pour un seul tournage et il peut y avoir plus de 100 personnes au studio, donc je ne peux honnêtement pas dire que tout le monde se sent "en famille". Est-ce qu'il y a des amis pour qui je serai prêt à tout ? Absolument, c'est votre noyau dur familial.  Est-ce qu'il y a des amis comme on se fait autour d'un verre ? Sûrement. Est-ce qu'il y a des gens qui sont plus comme des collègues de travail ? Certainement. Est-ce qu'il y a des gens que je ne supporte pas ? Malheureusement oui, mais c'est juste normal quand on a des gens aussi divers autour de soi. Je défie quiconque de rassembler autant de monde que nous et que chacun se sente comme tous les autres. 


Oui, il y a eu des farces, une à propos de la poupée vaudou de Scotty sort du lot, pas la peine d'en dire plus, LOL !

 

 

8. Que reste-t-il aujourd'hui du Star Trek original d'après vous ?

 

Science fiction classique pour les uns, message positif pour les autres. Il y a aussi le fait de devenir une icône culturelle qui maintient Star Trek dans la mémoire collective de la société. 

 


9. Êtes-vous étonné par la quantité et la qualité d'épisodes produits par Retro Films Studios ? Voyez-vous une fin à la mission de cinq ans ? 

 

Étant donné le talent impliqué dans notre production, non, la qualité ne m'étonne pas, c'est un dû. Autour de la dizaine d'épisodes, vous pouvez être étonné d'avoir pu en faire autant en se basant uniquement sur la générosité des autres et sur notre travail. 


Je ne vois de fin à nos efforts que si nous ne pouvons plus tenir financièrement.. C'est triste de penser que si on pouvait vendre chaque téléchargement d'épisode ou vendre un DVD des épisodes pour, disons 14,99 $, nous ferions littéralement des millions pour CBS et RFS. Je pourrais alors un bon salaire à un groupe d'acteurs et de techniciens et faire 12 épisodes par an sans problème, mais ce n'est qu'un rêve... 


10. Vous travaillez sur d'autres projets ? Sur Star Trek ou autre chose ?


Il y a plusieurs choses sur lesquelles j'avance. Dans l'industrie du divertissement, vous devez vraiment avoir "plusieurs fers sur le feu". Sous la bannière de RFS, Buck rogers n'est pas mort, on espère reprendre bientôt. Il y a aussi une nouvelle franchise complètement indépendante  pour laquelle les discussions ont commencé avec l'auteur. Vous pourrez aussi me voir dans l'épisode de Wild Wild West que RFS est en train de produire.

Je suis aussi impliqué dans une société à Atlanta, GA, appelée Digital New Age Entertainment, et un film sur lequel j'ai travaillé il y a 4 ou 5 ans, appelé “Operation Dead 1” est en cours de discussion pour une réécriture avec la suite pour un nouveau film intitulé “Vector” , le mélange de zombies et d'ordinateurs est très très cool. 

 

Je travaille aussi sur une nouvelle graphique avec Bill Lutz, intitulée “Mars Vs Earth – The Solar War Chronicles”. Cela se passe en 2262 et une guerre entre la Terre et Mars récemment colonisée et indépendante, se déclenche avec la découverte de technologie alien.  

 

Enfin, dans un tout autre registre du divertissement, je conçois un très gros casino à construire à Las Vegas, que j'espère présenter à quelques associés que j'ai dans l'industrie du jeu. 



11. D'autres pensées à partager avec nos lecteurs ? Si vous voulez faire ici la promo de quelque chose qui vous plaît.


Oui, j'ai travaillé à fusionner mes deux mondes de la propriété intellectuelle et le divertissement. Pour cela, j'ai écrit un texte sur comment ces deux mondes peuvent profiter de l'autre, plus d'information et lien vers l'article ici:

http://www.ipcg.com/?file=Hollywood_IP

 

Merci !

 

***************FIN DE TRANSMISSION****************

 

Je remercie M. Scott pour son temps ainsi que tous ceux qui lisent cet article….

 

A la prochaine, les fans, continuez à nous lire... et longue vie et prospérité. 



A propos de Jaime "Fez" Sanchez


Jaime Sanchez ou "Fez" sur le plateau de Star Trek: Phase II, est un des plus jeunes piliers de la Production. Machiniste au début, il a progressé au niveau d'assistant de production, ce qui utilise beaucoup de ses connaissances et recherches sur et hors plateau. Sur ses temps libres, Fez écrit et fait des imitations de ses personnages favoris, ce phénomène est appelé FezTV.

facebook
 
ok
Star Trek and all related marks, logos and characters are solely owned by CBS Studios Inc. This fan production is not endorsed by, sponsored by, nor affiliated with CBS, Paramount Pictures, or any other Star Trek franchise, and is a non-commercial fan-made film intended for recreational use. No commercial exhibition or distribution is permitted. No alleged independent rights will be asserted against CBS or Paramount Pictures.
Retourner au contenu | Retourner au menu